Ma consommation livresque

De Miko

Aloha les astronautes,

De nombreuses discussions avec moi même, mais surtout avec mes copines de Bookstagram m’ont fait comprendre beaucoup de choses. 

Mon avis est que Bookstagram pousse à la consommation. 

Oh mon dieu, un titre putaclic :’) 

Alors oui c’est le but, puisque nous sommes pour beaucoup des partenaires de maisons d’édition. Bookstagram est clairement un réseau social utilisé à des fins marketing, on en avait déjà parlé, nous sommes des panneaux publicitaires gratuits pour les maisons d’éditions. Pour les novices, je fais un rappel : lorsque vous êtes en partenariat avec une ME, elle vous envoie un livre et vous avez pour devoir de le chroniquer et de lui faire de la publicité aux alentours de la date de sortie de ce dit-livre. Cela influe donc sur les façons de consommer des personnes qui nous suivent ou que nous suivons. Initialement, nous (personnes lambda sans partenariat) ne savions pas que ce livre existait et donc pas d’achat à prévoir. Mais avoir les avis des référents sur Bookstagram changent notre manière de consommer. On se retrouve donc à acheter des livres parce qu’on les a vu.  

Mais à quoi cela nous sert-il d’avoir des bibliothèques pleines de livres non lus, ou encore d’avoir besoin d’en avoir des nouveaux ? 

On est en droit de se poser des multiples questions. Est ce que nous achetons pour Bookstagram pour le paraître ? Ou alors pour nous le plaisir ? Pour certains, et j’en fais parti, le paraître est important sur Bookstagram, c’est comme ça qu’on se faire reconnaître par les autres et par les maisons d’éditions. On pense qu’on doit acheter un livre pour faire une photo, mais en prenant du recul on ne le lira sûrement pas ou pas avant un petit moment. 

Bookstagram est un réseau social où on ressent une concurrence permanente à ceux et celles qui liront les nouveautés le plus vite. 

Je ne vais pas dénigrer Bookstagram parce que j’ai choisi d’y être comme beaucoup de personnes. Je dois tout de même avouer qu’on lorgne beaucoup dans le jardin de ses voisins pour tenter de reproduire le même gazon, si vous voyez ce que je veux dire. 

Les goodies, autre facteur de consommation ? 

Mais il n’y a pas que la consommation livresque, les goodies sont également sources d’achats impulsifs. Notamment,  quand on voit certains comptes Bookstagram faire des photos juste sublimes avec du matériel et des nombreuses goodies, on ne peut que se dire “un jour je serais comme cette personne” 

Les courses à la consommation n’englobent pas que les livres mais tous leurs univers ! Prenons l’exemple d’Harry Potter, attention je ne critique pas du tout, la saga est un phénomène mondial, à tel point qu’il y a des quantités d’objets en tout genre sur cette franchise. Ce qui amène donc les fans à consommer et à acheter chacune de Funko Pop qui sortent ! (je fais la même chose avec Groot en Funko Pop). 

Ce que je veux dire, c’est que le livre ne s’arrête pas à la dernière page, mais que l’univers s’étend grâce aux lecteurs et aux créateurs de goodies liés à cet univers magique. 

Qui n’a jamais rêvé de belles bibliothèques comme dans la Belle et la Bête ? 

On peut également constater une forte progression de création de boutiques de goodies pour nous en vendre et donc augmenter notre consommation. Ce que je trouve à la fois bien pour les petits créateurs qui tentent d’évoluer dans un milieu prometteur, et à la fois moins bien pour les personnes qui sont assez compulsifs dans leurs achats et donc sauteront forcément sur les goodies et donc notre consommation s’en retrouvera chamboulée. 

Que pouvons-nous faire pour changer nos habitudes de consommation ? 

On nous enjoint d’acheter nos livres dans les librairies pour les aider et les sauver, surtout au vu de la situation actuelle mais n’est ce pas un appel à la consommation ? Le prix des livres est plutôt élevé, et les maisons d’éditions décident des prix qu’ils proposent en découpant parfois les livres en deux, augmentant facilement le coût total de la saga. On oscille donc entre notre devoir de faire perdurer la culture auprès des libraires notamment et notre envie de consommer moins. 

On peut toujours acheter des livres qui ont déjà eu une vie, comme de l’occasion. Ou alors seulement sélectionner nos coups de coeur. Parce que les problèmes de place arrivent plus vite qu’on ne le croit aha. De nombreuses bibliothèques proposent un système d’emprunts pour reverser des droits aux auteurices. Est ce que la lecture sur liseuse est plus écologique que la lecture papier ? C’est une question que je me pose souvent. Les machines que l’on consomme ont énormément de matériaux qui ne sont pas forcément écologiques. Alors d’accord, pour un livre papier on va penser aux arbres, à la consommation d’eau pour la fabrication, aux transports etc. Tout cela coûte du carbone à la planète. Cependant les liseuses ou tablettes ne sont pas beaucoup mieux que les livres papier. Le mieux à faire serait de choisir de l’occasion ou même mieux de faire attention aux différents labels : livres en papier recyclé, livres issus des forêts durables… 

On peut toujours mettre des livres dans des wishlist, en attendant pour voir si notre envie passe, pour ne pas acheter pour acheter. Parce que si le livre ne suscite plus notre envie, pourquoi l’avoir dans sa bibliothèque à le laisser prendre la poussière ? Rendons nous compte d’abord de ce que nous avons puis posons nous les bonnes questions. Est ce que j’en ai besoin, parce que c’est un univers que j’adore ? Est ce que je suis sure que je vais adorer ? Pourquoi ne pas consulter avant les avis sur différents livres avant l’achat ? 

Et moi ? Que vais je faire pour changer ma façon de consommer ? 

Pour ma part, je sais que je vais avoir du mal à faire du tri dans mes livres et dans mes goodies aussi. Parce que les goodies que j’ai, ce sont les sagas que j’aime beaucoup comme ACOTAR où j’ai fait un immense tri, The Cruel Prince où je pense que je ne pourrais pas faire de tri aha ! J’ai également du Aurora Rising, du Illuminae, quelques marques pages de Zodiaque. 

Concernant mes livres, j’ai fait une liste de ce que j’avais. Je ne pensais pas du tout en avoir autant et je comprends pourquoi ma bibliothèque déborde…  Surtout qu’en ce moment, je suis dans une panne sans fond… Et que je n’ai absolument pas tout lu. Donc j’ai une bibliothèque pleine de livres que je n’ai pas lu et que je ne lirais pas pour le moment. Mais quand cela sera-t-il le moment de lire ?

Depuis quelques temps déjà, je n’achète que d’occasion les nouveautés notamment chez Gibert. Rien que cela, ça change des habitudes même minimes. 

Maintenant, il va falloir que je me pose les bonnes questions. Besoin ? Envie ? Est ce que je vais le lire directement ? Combien de temps va-t-il rester dans ma pal ? Est ce que je me servirai de cette goodie ? 

C’est donc un immense travail qui va commencer pour moi et ma volonté d’acheteuse compulsive ! 

Et vous ? Est ce que vous vous posez des questions sur votre façon de consommer ?

Si cet article vous intéresse, vous pouvez l’enregistrer sur votre compte Pinterest !

Cela peut vous intéresser ?

1 commentaire

Aux Petits Bonheurs 23 mai 2020 - 17 h 55 min

Maintenant, je n’achète presque plus que d’occasion, à Gibert ou sur Vinted, sauf pour les livres VO ! Je me sens parfois un peu coupable de ne pas donner aux librairies mais on a pas tous le budget quoi.. Les goodies, j’ai presque entièrement arrêté parce que je me rends compte que ça ne m’est pas utile et que ça prend la poussière ! J’essaye de suivre ma WL uniquement et de ne pas céder aux achats juste parce que c’est moins cher alors qu’il ne me tente pas tant que ça au final !

Reply

Laissez un commentaire